Bienvenue à l'île de la Réunion

accueil > sorties > le Cristou

Au restaurant "Le Cristou" à Petite-Île 

L'association Goutanou
Fréquentant régulièrement le site de l'association "Goutanou", qui milite "pour la défense et la promotion de la cuisine réunionnaise", j'ai eu envie depuis longtemps de faire un tour au "Cristou", qui y figure parmi les lieux recommandés. Mais c'est un restaurant qui se mérite, non pas qu'il soit difficile d'accès, mais il n'est pas ouvert le dimanche, ni le mercredi, ce qui restreint les possibilités pour ceux qui travaillent...
Marie-Thérèse Antou, qui était  couturière, a ouvert le restaurant en août 98. Ici, vous ne trouverez pas une "carte" de plusieurs feuillets (et parfois en partie virtuelle), seuls trois plats sont proposés à chaque repas, inscrits sur un panneau à l'entrée de l'allée.
Tous les jours, trois plats proposés
Le restaurant est installé dans une maison d'habitation, il est composé de deux salles. Nous nous installons dans la plus petite, à droite en entrant. Un couple avec un enfant terminent leur repas. Une fille de Mme Antou nous accueille, complétant rapidement le couvert d'une table à proximité d'une vitrine réfrigérée où sont installés divers pots de rougails et d'achards. Elle nous énumère les trois plats du jour : rougaille de saucisses, chouchoux aux crevettes à la sauce Satay, porc aux haricots verts. Elle n'insiste qu'à peine pour nous demander si nous voulons prendre un apéritif,  une carafe d'eau est apportée d'emblée - on ne vient pas au "Cristou" pour boire, mais pour manger !
Un cadre pédagogique
Le service est rapide, - les plats chauds sont dans des bacs, dans une autre vitrine, à droite. Et, en attendant, vous avez tout loisir pour admirer les tableaux "pédagogiques" avec des panneaux comportant textes et photos (ils sont sur le site Internet), et lire les panneaux accrochés au mur, à la découverte des produits locaux, vous n'allez plus rien ignorer du cambare violet et blanc et de ses diverses utilisations, ni même de la goyave de France, li lé pli gros ...
Si le "cadre" pourrait ressembler  davantage à celui d'un self-service de restauration scolaire, avec les vitrines réfrigérées bien visibles et la cuisine tout de suite en arrière-plan, il a le mérite de la transparence : ici, l'hôte peut voir ce qu'en général on a soin de cacher ! Et on peut donc voir qu'ici, tout est propre, net, et les portions ne sortent pas du congélateur pour passer au micro-ondes!
Un grand bol de riz fumant, puis un autre, de lentilles sont déposés sur la table. Les lentilles ne sont peut-être pas de l'Ilet à Cordes, mais ne sortent certainement pas d'une boîte tout juste ouverte pour nous ... Elles sont crémeuses à souhait, et on y voit des feuilles de thym.




Le "rougaille" saucisses

Le "rougaille" saucisses arrive ensuite : elles sont découpées en biais en tranches d'environ un centimètres, elles semblent comme juste pochées, à peine roussies, leur chair est finement moulue, et peu de gras apparaît. Elles ne proviennent vraisemblablement pas d'une fabrication industrielle, et au palais cela se sent. La sauce est abondante, et peut-être légèrement un peu grasse si j'en juge par le fond du plat.
Chouchoux aux crevettes ...
Les chouchoux sont d'abord coupés en bâtonnets, comme des frites, avant d'être cuits, à peine - ils doivent rester croquants. Ils sont alors incorporés avec les crevettes dans une sauce Satay  (sauce chinoise à base de cacahuète) ... Cette façon d'accommoder les chouchoux est nouvelle pour nous, mais est très appréciée, cela change du chouchou bouilli, en daube ou en gratin. Une coupelle de citron confit - gros piments agrémente le tout, elle sera d'ailleurs vidée entièrement !
Les portions sont copieuses, mais les plats sont vidés, grâce à l'absence d"'entrées" qui d'habitude vous bourrent, et vous empêchent de déguster entièrement le plat principal.
Chocolat, bigarade et menthe...
Ici, on ne se précipite pas sur vous pour vous proposer d'emblée la carte des desserts, et c'est de nous-même, - l'absence d'entrée permettant d'envisager la place pour un dessert -, qu'entrevoyant un plateau avec un gâteau au chocolat à la couleur foncée alléchante, placé juste au-dessus de nous, nous demandons timidement si nous pouvons en avoir un morceau ... Peu de temps après, des assiettes sont apportées, avec deux tranches de gâteau chacune, accompagnés d'une bigarade confite, nappée dans sa sauce, elle-même surmontée de feuilles de menthe ... Quel délice, la petite acidité de la bigarade -difficile à couper, mais qu'importe, on en recrache les pépins !- se marie à merveille avec l'amertume du chocolat, et il y en a, du chocolat noir, dans ce gâteau là !
Dans la cuisine, derrière les vitrines, sur un fourneau, la cafetière fume. C'est donc naturellement que nous terminerons ce repas avec un café, bien chaud, corsé comme il faut, qui ne dépareillera pas l'ensemble.


En fin de repas, nous avons le plaisir de discuter avec M. Christian Antou qui nous annonce que le restaurant pourrait être ouvert le dimanche, d'ici quelques mois.


Le site GOUTANOU


Venir manger au "Cristou",
c'est un acte militant pour la sauvegarde de la (bonne) cuisine créole et des produits traditionnels du terroir,
au moment où la vague 
de la "malbouffe" 
déferle jusqu'à la Réunion.


Comment y aller ?
A partir de la route nationale 2, entre Grand-Bois et Manapany, tourner vers Petite-Île au niveau du nouveau rond-point (panneau bien visible en venant de l'Est), monter la rue principale et tourner à droite après la Poste (panneau également). Prendre cette rue sur une trentaine de mètres. Le Cristou est situé dans le fond d'une allée, juste en face, au 16, rue du Général de Gaulle. Nous n'avons eu aucune difficulté à nous garer dans cette rue, un peu au-dessus. Il est préférable de ne pas s'engager dans l'allée du jardin où les manoeuvres sont plus délicates.

Téléphone : 02 62 56 94 65

Fermeture 
le mercredi, le samedi soir et le dimanche. Possibilité d'accueil des groupes de plus de dix personnes le dimanche sur réservation.

Il est conseillé de réserver pour manger sur place, mais il est possible de se faire servir une barquette à emporter.

tarifs
plat principal, à manger sur place, 9 euros, barquette à emporter, 6 euros.

Un peu moins de 12 euros par couvert, c'est ce qui nous a été demandé pour un repas copieux et savoureux, ce vendredi 4 juin 2004. 
Le "Cristou" s'apparente davantage au style "table d'hôte", et même s'il ne peut en avoir le label officiel, on s'y sent accueilli comme en famille, et, sans dévoiler les secrets des tours de main, Monsieur Antou répond volontiers à nos questions culinaires. Une adresse à noter précieusement, nous y  reviendrons ...


Début 2007 -  Le Cristou ferme ...
Quel dommage !

 
Free counter and web stats