Bienvenue à l'île de la Réunion

accueil > sorties > La "coulée de Takamaka"                        De l'abri du Tremblet au cratère Takamaka ...

Les coulées de mars 1986 ...  La "coulée de Takamaka"
De la route nationale 2
(alt. 141 m)  à l'abri du Tremblet (alt. 1240 m)...

Vendredi 19 novembre 2004 - 5h du matin - Route nationale 2
Au rempart du Tremblet, au sud de l'Enclos, sur la route nationale 2, se trouve le départ du GR -R2 variante- vers le Nez Coupé du Tremblet et le gîte du volcan. Nous allons monter tout d'abord jusqu'à l'abri du Tremblet, puis obliquer plein sud vers l'abri du cratère de Takamaka pour revenir à la nationale 2 par la coulée de 1986, à environ trois kilomètres plus au sud de notre point de départ. Cette randonnée est d'une longueur d'environ 15 kilomètres, mais on peut "économiser" les trois derniers kilomètres sur la nationale en laissant une voiture au départ du sentier du Tremblet, au nord, et une autre à proximité du "snack de la coulée 86".

Ce parcours est décrit, mais en sens inverse, parmi  les "21 itinéraires du sommet du volcan à l'océan", dans le remarquable livre-guide de Jean-Luc Allègre, photographe-éditeur, "Le guide du piton de la Fournaise", Découverte et Randonnées, pages 102-103. Cet ouvrage, paru récemment, comporte de nombreux conseils pratiques, des cartes et des photos. 
Un livre de référence sur le volcan à commander chez JL.ALLEGRE@wanadoo.fr ou par  tél-fax  au 02 62 33 30 08.

Vendredi 19 novembre 2004 - 5h du matin - Rendez-vous sur le parking du snack ...
Le rendez-vous est fixé à 5h devant le snack de la coulée 86, c'est-à-dire sur le bras sud, qui a simplement traversé la route pour s'arrêter quelques centaines de mètres plus loin. Il ne fallait pas aller à la coulée nord "des Citrons Galets" qui, elle, est allée jusqu'à la mer, et où se situe le "rond-point" qui permet de faire demi-tour, avant l'entrée dans l'Enclos par le sud. Le temps est gris, mais sans pluie, et le jour se lève. Une des autos est laissée sur le parking et nous suivons la route nationale 2 vers le nord, pour nous garer, environ trois kilomètres plus loin. Le large parking, à droite, est désert à cette heure. Le panneau bleu du Conseil Général "Nez Coupé du Tremblet - gîte du volcan" est visible à une vingtaine de mètres à gauche, de l'autre côté de la route. Le temps de s'équiper, jeans, deux tee-shirts l'un sur l'autre (il fait encore frais), chaussettes et chaussures de marche, nous sommes à l'entrée du sentier à 5h35. 

La montée le long de la ravine Pont Rouge
Nous marchons d'abord à couvert, parmi de grands arbres de la forêt de bois de couleur des Bas, sans pratiquement voir le ciel, et par moments il fait même très sombre. Nous entendons une multitude de chants d'oiseaux (le jour vient de se lever). A droite, tout près, la ravine Pont Rouge est soudain visible à travers les arbres. Nous cheminons sur des dalles de laves cordées déjà bien dégradées, entre les racines des arbres, parmi lesquels je distingue des petits nattes.  Plusieurs "change écorce" sont reconnaissables, aux écailles caractéristiques. Bientôt à droite, un benjoin, dont le tronc a été mutilé et son écorce retirée récemment sur une belle surface.  Nous avons dérangé déjà plusieurs crapauds, qui se réfugient sous les fougères. 
 A 5h55, nous assistons à un changement de végétation, il y a moins de grands arbres, à droite apparaissent des lianes de vanille enroulées autour de troncs. Le ciel se dégage bientôt, nous foulons toujours des dalles de laves volcaniques et nous progressons lentement en posant le pied sur les racines, lorsqu'elles sont en surélévation et assez grosses, ou en cherchant à les éviter lorsqu'elles sont tortueuses et glissantes.  Les troncs sont couverts de mousses, d'orchidées et de fougères diverses. L'air est rempli d'humidité, mais il est frais. Nous arrivons dans un secteur rempli de goyaviers, parmi des bois d'hosto, des change écorce. Nous apercevons les premiers petits grains rouges des arbres de Noël.  Tiens, deux jamroses !

Les 13 passerelles ...
A 6h05, nous arriverons à  la première passerelle en alu (sans rambarde), qui paraissent incongrues au milieu de cette végétation sauvage, - seule concession à la civilisation technique-.  Elles seront ainsi treize, numérotées de 1 à 13, à la peinture rouge sur des troncs. Voici une volée de marches d'escalier dont les nez ont été réalisés avec des troncs de fanjans. Tout autour, c'est une forêt de petits troncs de goyaviers, déclarés "peste végétale", dont on fait les fascines, mais ce n'est pas la saison de ces petits fruits rouges délicieux ! Nous arrivons dans une coulée de terre ocre, avec un filet d'eau au milieu qu'il faut éviter en passant sur les bords, et qui doit devenir une vraie ravine lorsqu'il pleut !  A 6h20, la descente vers le lit d'une petite ravine que nous traversons change notre rythme. Tous les troncs sont recouverts de mousses, nous devons constamment zigzaguer entre de nombreuses flaques d'eau et parfois le pied s'enfonce traîtreusement dans une zone boueuse non décelée. 

Moins de dalles volcaniques, c'est maintenant de la pierraille, couverte de feuilles mortes. Les grands arbres reviennent, toujours avec des mousses, des fougères, des orchidées, sur les branches, les rochers. A 6h25, une petite descente avec des marches de troncs de fanjans, et d'un seul coup, une zone dégagée, où le soleil arrive. Nous y  faisons une pause de cinq minutes à 6h30. Il est maintenant 6h45, c'est une montée continuelle dans la boue, sur une coulée de gratons très dégradée, au milieu des  fougères. A 6h50, à droite, de beaux palmistes, et des arbres plus bas, aux troncs tourmentés. Des bois de corail, avec les ses fleurs à la forme frappantes sont visibles de place en place.
Montée dans la brume

La végétation est touffue, le temps devient de nouveau gris, nous avançons dans la brume. Les seules traces d'un passage que nous rencontreront : à gauche du sentier, dans les fougères, de grosses piles rondes, une bouteille d'eau, et une ... semelle !  A 7h, tout d'un coup, la vue se dégage, et la mer et la montagne apparaissent. 

Cependant les nuages ne sont pas très loin au-dessus de nous et vont nous envelopper très rapidement.  C'est le commencement des brandes, des fougères,  des pailles sabre, sur une coulée de gratons dégradés. Des fougères de chaque côté, blechnum altenuatum, des palmistes, de vieux goyaviers au larges troncs. A 7h10 , à gauche, une belle "fausse" osmonde, blechnum tabulare.  La mer est de nouveau visible, un instant, au milieu de la brume. A 7h22, arrivée à la 2è passerelle (avec garde-corps, cette-fois !). Nous sommes toujours dans la boue, à sauter d'un tronc de fanjan à l'autre. 

  Les fourrés de pimpins
Altitude 720m : à gauche, c'est la mer, à droite, ce sont les fourrés de pimpins, pandanus montanus, à perte de vue, formant une forêt impénétrable de 2 à 3 mètres de haut, avec leurs branches tortueuses et leurs racines , telles des échasses, qui cherchent à rejoindre le sol . Puis la vigne maronne, redoutable peste végétale, fait son apparition et semble régner en maître des deux côtés du sentier. A 7h30, troisième passerelle, avec sa large tôle d'alu, sans doute tombée du ciel, véritable boulevard, sur lequel pendant quelques mètres, on peut ne pas regarder ses pieds...  Et toujours de la mousse sur les troncs, des fougères qui prospèrent. 
A 7h32, la 4è passerelle est franchie, puis très vite d'autres vont suivre : à7h35, c'est le cinquième passage.  A 7h36, à droite, un tronc a été tordu pour revenir au sol et former une parfaite petite arche. A 7h38, je fais une photo d'un petit pimpin.  Nous traversons à 7h43 notre sixième passerelle. A 7h45, c'est toujours le royaume des fanjans, de la boue, et de nouveau, dans une trouée, une vue sur l'Enclos et une coulée, mais malheureusement, enveloppée dans la brume. Nous en profitons tout de même pour faire une petite pause de cinq minutes. Le temps se dégage, et au milieu d'un tapis de feuilles, voici un pimpin éclaté dont l'intérieur orangé tranche étonnamment dans l'infinité de nuances de vert qui nous environne. A 8h15, nous arrivons à l'altitude de 1050 m.  A 8h20, c'est la septième passerelle. C'est désormais une montée sans discontinuer. A 8h21, huitième passerelle, suivie dans la minute de la neuvième, dont le tablier oscille ! 

A 8h23, dixième passerelle. Le but de la première étape est proche. A  8h24,  traversée d'un petit radier. Des bruits d'avion, à droite, vers l'Enclos, font concurrence aux bruissements d'eau qui coule. Et encore des palmistes, des fourrés de pimpins dont les racines aériennes partent de très loin vers le sol. Des lichens, des fougères - la ravine Pont Rouge est de nouveau visible tout près à droite. A 8h27, un petit piton émerge de la brume à droite en biais, juste après le lit de la ravine, avec plusieurs hautes fougères arborescentes qui dépassent de ses flancs. On aperçoit des mahots, des bois de raisin.  A 8h29, c'est la onzième passerelle (sans rambarde).


Nous ne rencontrerons personne le long de cette randonnée ! Apparemment, la montée au Volcan par Basse-Vallée semble être désormais privilégiée ...

Cette randonnée est également décrite page 89, dans le livre "Itinéraires réunionnais" publié par l'ONF en 1992, aux Editions Bat'Karé. Il existe également un coffret de fiches, reprenant les mêmes itinéraires, mais avec un commentaire et des photos différents.

L'abri du Tremblet
Voici un petit replat boueux, il faut marcher sur les côtés, une herbe bien verte fait son apparition, et à 8h35, changement de décor brutalement : des rangées d'hortensias bleus, des fougères arborescentes, plantées à la parade, une pancarte de bois avec les inscriptions gravées: "Office National des Forêts -  Bivouac du Tremblet, altitude 1210 m. Cratère Takamaka 1,6 km - 0h30, RN2 par coulée Takamaka - 2h30, Nez Coupé du Tremblet 3 km - 1h30, Plaine des Sables 14,3 km - 4h30". Nous découvrons à gauche en contrebas une case en bois sous tôles. Un petit boucan  est installé en retrait à droite, pour faire la cuisine. Nous nous dirigeons vers l'entrée de l'abri.  Pour entrer, il faut enlever le parpaing qui cale la porte. A l'intérieur, changement de décor : de gros cartonnages  jonchent le sol bétonné à l'entrée. Au fond du local, par terre, des sachets d'ordures et d'emballages divers, une semelle de chaussure... Un emballage de couverture de survie est resté sur un matelas. A gauche sont disposées deux tables et deux bancs, à droite, quatre lits (superposés) avec des matelas.


Un des montants du lit a été arraché d'un côté. Un écriteau en lettres gravées est accroché sur le mur, en face de la porte, vœu pieu, hélas, pour certains : "Randonneuses, randonneurs, ce bivouac a été construit et mis à votre disposition pour vous y reposer et vous y abriter de la pluie et du froid lors de votre passage, respectez le et évitez toutes dégradations, n'oubliez pas de fermer les portes à votre départ et de laisser les lieux propres, merci".  Une bouteille -vide- de Bordeaux "La Croix Mauregard" a été abandonnée sous le premier lit à gauche en entrant (son propriétaire se reconnaîtra). 

Dans ce décor sordide qui nous replonge brutalement dans la civilisation de consommation après un passage bénéfique de quelques heures au milieu d'une nature quasiment intacte, nous sommes cependant contents de pouvoir nous asseoir un instant pour une pause casse-croûte bien méritée - pain "Volcan" de chez Manciet et salade de riz-tomate-fromage- jambon- cornichons maison, arrosé de thé bien chaud du thermos (merci Anne !).Mais il faut songer à repartir...  A 9h02, tout est remballé - on nous excusera de ne pas avoir fait le ménage des autres - la porte est taquée, le parpaing est remis. 

Direction plein sud désormais, nous suivons à gauche la pancarte "Cratère tacamaca  1,600 km" (curieusement orthographiée avec des "c"). 


Rencontrerons-nous enfin quelqu'un sur ce trajet ?

Les distances et les temps de parcours indiqués ... sans compter les pauses !

  Panneaux sur place "Guide du Piton de la Fournaise", J. Cl. Allègre (en sens inverse) "Itinéraires réunionnais" ONF
RN 2 - Abri du Tremblet     3h à 3h30
Abri du Tremblet - cratère Takamaka 1,6 km - 30 mn 30 mn 1,6 km - 45 mn
Cratère Takamaka - RN 2 2h30 depuis l'abri du Tremblet 2h30 2h à 2h30
Totalité du parcours   6h 30 15 km - 7h (avec les 3 km de nationale)


La suite du parcours :
Dans la brume, en évitant d'écraser les sphaignes et en équilibre sur les troncs de fanjans 
traversant les ravines...

De l'abri du Tremblet au cratère Takamaka ...

photos a.m.

A lire également 
Des liens vers les articles et les photos du JIR

vendredi 20 août 2004 :   Les pèlerins de la Fournaise ...
lundi 23 :   A vélo jusqu'à la coulée ...
vendredi 27 :    La lave de plus près   et  L'île s'est agrandie de 2 ha
lundi 30 :  Un deuxième bras tomba de la falaise  et   En haut de la cascade de laves
et
Deux mois après l'éruption du piton Kala

Sortie volcan précédente        Suite :  De l'abri du Tremblet au cratère Takamaka ...           

Free counter and web stats