Bienvenue à l'île de la Réunion

accueil > sorties >  Vers le Cassé de la ravine du Grand Sable - Le Chisny

 Vers le Cassé de la ravine du Grand Sable - Le Piton Chisny

Jeudi 19 mai 2005 : Temps pluvieux sur la Plaine des Cafres, et au col de Bellevue, les premiers lacets de la Grande Montée ne sont même pas visibles, et ne parlons pas du Gros Piton Rond, que l'on ne peut que deviner un peu plus bas ... Pourtant un coin de ciel bleu semble apparaître vers les hauteurs du Sud-Est ... Pourquoi ne pas s'élever un peu plus et aller au volcan ? Gagné ... Même si le Nez de Bœuf est toujours dans les nuages, les pentes Zézé vont nous donner un peu d'espoir, et si à notre arrivée, la Plaine des Sables est balayée par un vent de Nord-Est, porteur d'une fine bruine, elle va rapidement se dégager ... Arrêt au pied du Chisny, à 2270 mètres, sur une aire à une cinquantaine de mètres avant le départ du sentier vers Grand Galet et la rivière Langevin (19,5 km - 5h30 ...), mais nous n'irons pas si loin ...

A consulter impérativement :  la carte IGN au 25 000è 4406T (compatible GPS) et "Le guide du piton de la Fournaise" - Découverte et randonnées - de Jean-Luc Allègre à commander au tél-fax  02 62 33 30 08.

Le sentier vers grand Galet ...

<<<  Le panneau "19,5 km" a de quoi refroidir les plus hardis pour s'engager dans la plaine sableuse, parsemée de cailloux peints en blanc de loin en loin. Cependant, n'hésitez pas à vous engager dans cette voie, certes peu fréquentée, car, en moins d'une heure, vous aurez accès à un panorama splendide sur le premier Cassé, et vous pourrez même voir Grand Galet et la côte, si le temps le permet !
Nous nous engageons sur ce sentier ,au pied Nord-Est du piton Chisny, direction plein Sud, vers Grand Galet ...
Le temps d'abord maussade, alternant nuages  poussés par le vent de nord-est, se glissant le long du rempart des Sables, et de brèves apparitions du soleil.

Un arc-en-ciel sera visible tout au long de notre marche ...
Très rapidement, après avoir dépassé un curieux poteau surmonté d'un petit plateau sur lequel quelques pierres ont été posées, nous apercevons plusieurs taches rouges, au Sud-Est. Nous ne pouvons résister à la curiosité de nous en approcher. Le lieu est fascinant, il a d'ailleurs été choisi pour le tournage d'un film censé se dérouler sur la planète Mars ... 
Du haut du rempart des Sables, qui domine la plaine des Sables de 150 mètres, cette dernière semble être parfaitement horizontale, mais, vue du ras du sol, toute cette partie de couleur rouge ne l'est pas réellement. C'est une succession de petits monticules, composés d'étendues de scories rouges aux nuances variées ...    >>>

Les zones de scories, au fond, le Morne Langevin

Comme des routes tracées dans les lapilli...

 <<<   ... qui parfois semblent avoir été modelées par le ruissellement en entraînant les lapilli différemment suivant leur granulométrie ...  Depuis leur projection par le piton Chisny, il y a environ un millénaire, l'érosion s'est amusée à mélanger les différentes couleurs de scories ...

.. Ailleurs, ce sont parfois de véritables dalles, de couleur brique, largement fendillées ...   >>>

Puis des plaques rouges surgissent ...

Un méandre vers le rempart

<<<   Des méandres semblent se diriger vers le Morne Langevin ... Nous nous efforçons de ne laisser aucune trace de notre passage.

 ... En se rapprochant du bord du Cassé, les lapilli virent au rouge sombre ... Nous contournons plusieurs gros blocs, dont l'un, qui présente un renfoncement sur sa face Sud-Ouest, ruisselle à grosses gouttes ... Il a plu abondamment la nuit dernière ...   >>>

Le rougeoyement devient plus sombre avant le Cassé ...

Le premier Cassé, vers la ravine du Grand Sable

 <<<   Les lapilli ont été recouverts par des laves, émises par le Chisny, qui ont  poursuivi leur progression dans la rivière Langevin sur 17 km, jusqu'à la mer. La découverte d'une racine carbonisée dans la lave a permis une datation approximative de 1 100 ans (L'hydrogéologie de la Réunion, document pour comprendre et étudier, Observatoire volcanologique, Conseil général, Rectorat) Nous sommes au bord du Cassé, au fond nous distinguons le lit de la ravine du Grand Sable ... Les traces d'une érosion intense sont déjà visibles, Le pied du rempart des Sables, le bord de cette caldeira apparue il y a 65 000 ans, à la suite d'un effondrement interne du massif, est à moins de deux cents mètres ...

Nous remontons maintenant vers l'Est, afin de retrouver le sentier officiel vers Grand Galet, en évitant la zone proche du Cassé, où les gratons ont recouvert les lapilli, rendant la progression moins aisée ...   >>>

 Lire Grand Galet, 
grandes eaux et grands espaces

Voici les gratons de la coulée du Chisny ...
Le Grand Pays et Grand Galet, sous les nuages ...

<<<   Mais le sentier lui aussi arrive brutalement dans la zone de gratons, sur les coulées du Chisny  vers la rivière Langevin. Heureusement, ces gratons sont dégradés et ont été damés au fil du temps (par l'ONF et les marcheurs), et la progression est aisée, d'autant plus que des dalles de laves cordées apparaissent par endroits. Nous arrivons justement à une "porte", passage entre plusieurs dalles de lave soulevées à la verticale et qui forment de véritables petits murets ! Nous arrivons alors dans une zone de branles, tout en descendant insensiblement ... Au loin, vers le Sud-Est, nous apercevons les deux arrondis du piton du Rond de Langevin. Malheureusement, les nuages recouvrent le Grand Pays, Cap Blanc et Grand Galet. Un instant seulement, fugace, nous verrons la côte, dans une trouée ...

A 2 255 mètres, dans les premiers lacets qui plongent vers la première plate-forme,  nous apercevons les points blancs du sentier qui se dirigent tout d'abord vers le rempart de la Plaine des Sables avant de repartir plein sud vers le deuxième Cassé ... D'ici, nous voyons la chute brutale de la Plaine des Sables, l'amoncellement de déblais qui recouvrent les laves du Chisny ... La zone au pied du rempart des Sables apparaît alors particulièrement érodée, avec des empilements de roches d'allure instables. Plus près vers nous, des surplombs, puis des coulées sableuses, ravinées par les pluies et les eaux d'infiltration à travers le véritable "gruyère" qu'est la plaine des Sables et sans doute les innombrables tunnels de lave ...
Nous faisons une pause casse-croûte (le pain de la boulangerie Manciet semble encore meilleur que dans les Bas) et nous revenons sur nos pas.    >>>

Vue du sentier, vers le Cassé de la Plaine des Sables ...
Le retour, la silhouette du Piton Chisny

 <<<   L'imposante silhouette du piton Chisny émerge parfois de la brume. Le sentier ayant quitté la zone de gratons, de laves cordées, nous retrouvons les lapilli. Nous piquons alors au nord-est, vers le bord de la crête Sud du Chisny, en effectuant de larges virages pour adoucir la pente ...

Découvrir le Cassé de la plaine des Sables 
depuis le
sentier du Morne Langevin

Au passage, nous admirons plusieurs bombes volcaniques, parfois craquelées "en croûte de pain", ou éclatées ... L'une d'elle fait un bon mètre de diamètre ...
Nous allons d'abord suivre la ligne de crête, puis nous passons au sud-est, où les lapilli ont disparu pour faire place à une lave composée de scories agglomérées et compactes, de couleur rouge sombre, traversée par quelques énormes fissures éruptives  (jusqu'à un mètre) à des niveaux différents, telles de gigantesques marches, tapissées de projections soudées. Ces fissures sont toutefois aisément franchissables par des couloirs d'éboulis. Le sommet du Chisny (2439 m) est ainsi vite atteint ...   >>>

Une bombe volcanique intacte
En haut du Chisny, dans une dépression

 <<<  Le sommet du Chisny s'étire tout en longueur, du Nord au Sud, et alors que les flancs sont pauvres en végétation, une petite dépression au sud du sommet accueille des branles qui semblent prospérer à l'abri du vent ... Nous remarquons également les jolies fleurs à clochettes rouges des nombreux pieds de petit bois de rempart, remarquablement toxique !

 A l'Est, au pied du Chisny, le gris des cratères Aubert de la Rüe (2352 m) tranche curieusement.
Par moment, les nuages s'écartent pour laisser entrevoir le piton de la Fournaise par derrière ...   >>>

Les cratères Aubert de la Rüe
Le caïrn Sud

<<<   Nous allons ajouter notre pierre aux deux cairns qui dominent la Plaine des Sables, presque 200 mètres en dessous ...

Nous descendons, en ayant en face de nous le Demi-Piton et le piton Haüy, par derrière ... Au passage, je retrouve une bombe éclatée, déjà photographiée, il y a une trentaine d'années, mais dont les débris sont aujourd'hui plus largement dispersés .... Effet de l'érosion naturelle ou d'une main humaine ?   >>>

Une bombe volcanique brisée ...
Plaine des Sables, la lave recouvre les lapilli

<<<   Nous traversons la piste vers le Pas de Bellecombe et le gîte pour retrouver les "Gendarmes", sculptés  par l'érosion, et nous suivons le lit d'une ravine qui redescend vers la Plaine des Sables. Nous traversons une nouvelle fois la piste - en réfection - l'énorme rouleau fait vibrer le sol à plusieurs dizaines de mètres à la ronde- ... pour retrouver des coulées du Chisny au dessus des lapilli ...

La perspective du Morne Langevin est de nouveau visible,  et nous découvrons une belle parcelle de lapilli rouges, à deux pas de la piste, mais hors de la vue de l'automobiliste de passage.    >>>

Au pied Nord-Est du Chisny
 La Commerson

<<<  Le soleil brille. Arrêt au cratère Commerson, contre le rempart, en bordure du trou Fanfaron, vers 2200 m ... 
De l'autre côté, c'est la caldeira des Remparts, apparue il y a 200 000 ans, toujours à la suite d'un effondrement dû à une importante sortie du magma, créant des vides souterrains ... 

A lire également : Retour au Chisny 
et   Vers le piton Haüy  

La rivière Langevin jusqu'à la mer
Rivière Langevin, cascade Jacqueline
  
Rivière Langevin, vers la cascade Jacqueline
  
La rivière Langevin et ses cascades
 
photos a. m.

Sortie volcan précédente                                          Sortie volcan suivante

Free counter and web stats