Bienvenue à l'île de la Réunion

accueil >  sorties  >  Retour à la coulée d'août 2004 ... >  Dans les tunnels de lave

Retour à la coulée 2004 ...

Lire également : Le piton de la Fournaise, randonnées et éruptions  

Avant de prendre la route vers le grand Sud Sauvage, un passage à la boulangerie Manciet est indispensable pour faire ample provision de pain Terron, de pain noix-noisettes et autre pain Volcan -le bien nommé-, afin de pouvoir nous sustenter  pendant cette journée ... Un kouglof est également prévu, pour le dessert, au retour aux véhicules, car l'emporter dans le sac à dos m'a semblé trop périlleux ...

<<<    Grand Brûlé : promenade dominicale sur la coulée 2004, moins d'un an après le début de l'éruption. Déjà, en colonies, des fougères atteignent les cinq centimètres, et font des lignes vertes dans des endroits abrités, alors que des pieds de bois de chapelet, solitaires, se contentent de quelques feuilles ... Nous suivons les dalles de laves lisses, brillantes et argentées, qui parfois crissent sous nos pas ...

 >>>  La lave se plisse et soudain se fige dans des formes imprévisibles ...  A quoi cela vous fait-il penser, pourrait s'amuser à vous demander un psy ..

A lire absolument :  Le guide du Piton de la Fournaise de Jean-Luc Allègre  tél. 02 62 33 30 08

<<<   Ici, on pourrait voir un rouleau de toile, dépliée sur un comptoir ...

  >>> Vous êtes bien sûr qu'il n'y avait pas un bœuf charrette dans le coin ? Il y aurait perdu une de ses cornes ...

<<<  Des vagues arrivant sur une plage de rochers noirs ...
Parfois, la lave s'est bréchifiée, formant une coulée de gratons - Aa - , et a recouvert les laves lisses - pahoehoe - qui s'étaient étalées en tournoyant dans un bas-fond ...  
Après une longue ascension, nous arrivons à un point d'entrée d'un tunnel de lave, peut-être à un endroit où la voûte a cédé avant la vidange complète du tunnel et l'arrêt de la progression de nouvelles laves en surface, créant un point de dégazage, un entonnoir, à la surface duquel d'autres couches se sont solidifiées à posteriori ... 

  >>>   Le soleil pénètre et illumine la vapeur d'eau dans un tunnel de lave... une vraie image de communion d'autrefois, vous ne trouvez pas ? Nous sommes ici dans la "cathédrale", une caverne sous-lavique, un tunnel de lave, un véritable labyrinthe souterrain, un vrai métro parisien ... Lors de l'éruption , la lave, certainement très fluide, s'est refroidie en surface en formant une croûte qui s'est solidifiée progressivement (c'était le plein hiver !), tandis que le magma a continué à couler à l'intérieur dans des chenaux .... Quand l'éruption s'est tarie, le niveau a progressivement baissé - on voit d'ailleurs parfois la trace des différents niveaux -  et a ainsi formé des tunnels, tous bien entendu, orientés dans le sens de la pente du terrain ... 

<<<  Au plafond, de vraies stalactites, de lave, se sont formées immédiatement, sans attendre les siècles nécessaires à leurs consœurs des cavernes calcaires ...
Je me prends à penser un instant à Jules Verne et à Axel, racontant l'épopée de son oncle, le professeur Lidenbrock, dans Voyage au centre de la terre ...

>>> Nous prenons garde de ne pas casser ces longues aiguilles filiformes, parfois creuses, qui laissent échapper des gouttes d'eau ...

<<<  Plus loin, à quelques centimètres sous la voûte, hérissée de piques, une fine paroi, telle un plafond suspendu, ressemblant à un fragile mille-feuilles, semble s'être formée après coup ....

>>>  Suite de la visite                     

photos a. m.