Bienvenue à l'île de la Réunion

accueil >  sorties  >  Le long de la rivière Langevin

Le long de la rivière Langevin

Textes et photos sur http://www.randoreunion.fr/p060501.html 

Pourquoi Langevin ?
S'agirait-il d'une déformation de l'Angevin, surnom donné à Etienne Baillif (ou Le Baillif) ou à un de ses descendants ? Celui-ci, né vers 1667 à Angers, paroisse St-Pierre, fils de René Baillif et Marie Louise Chopin, est arrivé dans l'île en novembre 1695 sur un navire forban anglais. Cité comme tailleur en 1705 et flibustier en 1711, gros travailleur, mais peu obéissant et grand raisonneur, d'après le rapport de Desforges-Boucher, il possédait une maison et un terrain tout près de la ravine St-Gilles. Il se mariera avec Marie Hibon (1684-1755) le 25 février 1699 et aura onze enfants.  Il décèdera le 13 août 1731 à St-Paul. Un de ses descendants serait-il allé ensuite dans le Grand Sud pour devenir un des premiers habitants du lieu, les premières concessions de ce secteur datant de 1735 ?  (Sources : Cercle généalogique de Bourbon)

L'eau de la rivière Langevin vient de la Plaine des sables ...
La cascade de Grand Galet
L'éruption du piton Chisny, il y a un peu plus de mille ans, a généré une coulée qui a abouti à la mer, dans la vallée de Langevin. L'eau, de la ravine de Grand Sable, puis de la Grande Ravine, descendant par les innombrables tunnels de lave va aboutir à la résurgence de la cascade de Grand Galet, vers 400 m d'altitude, lieu de baignade apprécié ...

Cresson et songes

<<<  Les amateurs de cresson et de songes seront comblés en entendant ruisseler l'eau dans les cressonnières. Un élevage piscicole vous invite à pêcher la truite.

>>> Fleur de jambrosade - Jam-Rosat, Jame-Rose - . L'arbre, originaire de la région indo-malaise s'est naturalisé et est devenu même envahissant.

Syzygium Jambos
Bras se jetant dans la rivière langevin

<<< Sur les berges de la rivière, une végétation luxuriante, et de nombreux bras viennent alimenter la rivière Langevin en période de pluies

Une cascade sur la rivière Langevin
Un peu plus en aval, la rivière Langevin franchit de nombreux sauts ...

Un des nombreux bassins, avant une cascade
Ici, un bassin, entrant largement dans une grotte, à droite, et précédant une nouvelle cascade ...

Cascade du Trou Noir
Vers 270 m d'altitude, la cascade du Trou Noir s'offre à vos yeux, après un petite marche sur quelques centaines de mètres. Attention aux enfants, les barres de la balustrade originelle, le long du sentier, sont disparues depuis bien longtemps. Des pierres, formant des marches grossières ont été récemment posées dans la descente vers le bassin ...  Aujourd'hui, un groupe a monté un chapiteau sur le sable pour le pique-nique et plusieurs font des démonstrations de sauts dans le bassin.
Plus bas, la vallée s'élargit un moment : le Grand Défriché, comme son nom le laisse supposer, est un vaste jardin, avec des plantations de bananiers, d'ananas, et d'arbres fruitiers ...

Longose

Près de La Passerelle, les longoses prolifèrent ...

Sur la route du Grand Défriché, un bibassier prometteur ...

Le captage de l'eau, vers la centrale hydroélectrique
La Passerelle, vers 245 m d'altitude, est le lieu d'implantation de la prise d'eau pour la centrale hydroélectrique de Langevin, la première* construite sur l'île, à partir de janvier 1959, et mise en fonctionnement le 18 août 1961, inaugurant une longue série ... Ici, pas de barrage : l'eau est recueillie par dérivation et passe d'abord par une grille (à gauche) qui recueille bouteilles vides, détritus divers, puis dans une conduite sous le village, puis circule dans un canal en béton de près de trois cents mètres, qui fait office également de réservoir, permettant quelques heures de fonctionnement en cas de manque d'eau. 
* C'est la première fois qu'une centrale fournit autant d'électricité ! Mais il ne faut certes pas oublier que, dès 1913, à la Rivière des Galets, Albert Lougnon, avait réalisé une petite centrale hydroélectrique, utilisant l'eau du canal Lemarchand, afin de protéger la forêt de Sans Souci, dont le bois servait à faire tourner une machine à vapeur produisant l'électricité nécessaire au fonctionnement de la machine à glace de Monsieur Pradel au Port.

La rivière entre captage et usine

<<<  En aval de la prise d'eau, la rivière est alors pratiquement à sec jusqu'au rejet de l'eau turbinée, en aval.
La route va passer en rive gauche, sur le pont Babet, après avoir longer un petit oratoire installé dans un tunnel de lave ....

 >>> Une galerie souterraine longue de 1650 m a été creusée dans le rempart pour arriver au dessus du bassin Bleu. Dominant la centrale elle-même, une grosse canalisation de 200 m de long,  bordée par un escalier métallique monumental, descend des hauteurs du rempart de rive gauche, en dessous de l'îlet de la Petite Crête.

La canalisation d'amenée d'eau
La centrale hydroélectrique

<<<  Voici la centrale hydroélectrique, à 100 m d'altitude, environ deux kilomètres en aval de la prise d'eau, où les turbines Francis produisent un peu moins de 4 000 kW/h, soit le dixième produit par la centrale du Bras de la Plaine ...

  >>>  L'eau turbinée passe sous la route pour ressortir ici, vers le lit de la rivière Langevin ....

Rejet de l'eau turbinée à la rivière
La rivière en aval de la centrale

<<<  ... qui reprend alors son débit habituel, et va atteindre la mer, trois kilomètres plus loin ...

Découvrir St-Joseph 
et d'autres aspects de la rivière Langevin

photos a. m.

 
Free counter and web stats