Bienvenue à l'île de la Réunion

accueil >  sorties  >  Vers les Puys Ramond - Vers le piton Rouge

Vers les Puys Ramond
Vers le Piton Rouge
Vers le Piton de Bert 
Descente vers les Puys Ramond
Retour par la caverne du Piton Chisny

>>> Direction le volcan, avec un arrêt après le Nez de Boeuf, à 2 000 m, à l'emplacement de la plaque émaillée qui détaille les sommets : Grand Bénare, Piton des Neiges, Roche Ecrite ... Seuls quelques flocons cotonneux passent au sommet du Dimitile

Le but de la randonnée d'aujourd'hui sera les Puys Ramond, une série de vieux cônes stromboliens, au delà du piton de Bert, qui était un des circuits de la Journée de la randonnée, organisée par l'UFOLEP, dont j'ai retrouvé un dépliant, du 18 octobre 1987 ... mais aujourd'hui nous ne verrons personne, à l'aller comme au retour. Seules quelques traces de semelles bien crantées, encore fraîches, témoignent d'un passage récent ...

Piton des Neiges, du Nez de Boeuf

Demi Piton et Piton Hauy

<<<  Parking après la Plaine des Sables, à droite, en face du Demi-Piton, qui paraît déjà loin en se retournant, alors que le Piton Hauy se trouve à gauche, après lui. Nous empruntons le sentier du Tremblet, le GR R2, balisé d'un trait rouge et d'un trait blanc. Une piste 4x4 longe souvent le sentier. Nous avons dépassé la Caverne du Chisny, que nous visiterons au retour, et nous marchons dans les lapilli, parsemés de scories. Les cratères gris Aubert de la Rüe sont à notre droite. Les cairns élevés par les randonneurs sur les deux barres un peu plus élevées permettent de se repérer plus aisément. Il faut faire attention au balisage, car le sentier et la piste 4x4 se coupent parfois..

Oratoire

<<<  Les lapilli font maintenant place à une succession de laves cordées, pahoehoe, de dalles ... Des coulées sont parfois venues s'épancher sur les lapilli, que l'érosion a progressivement enlevé par dessous, créant des auvents ... Nous arrivons rapidement au petit oratoire édifié en mars 1976 à la mémoire de deux touristes retrouvés morts de froid à proximité de cet endroit. D'une unique petite plaque au début, nichée dans une anfractuosité, nous sommes en présence maintenant d'un véritable édifice ...

  >>> L'air est encore frais malgré un soleil éclatant, mais à l'ombre, le sentier est recouvert de givre ... et même au soleil, le petit pull sur le tee-shirt n'est pas de trop. Nous sommes entre 2 200 et 2 300 m d'altitude, et c'est le début de l'hiver depuis une bonne semaine !

Aiguilles de glace !

  >>>  Le Piton Rouge, qui annonce l'arrivée au bord du rempart de l'Enclos Fouqué, est en vue ! Le sentier est ici balisé sur une longue dalle de lave en tripes ... Nous longeons à droite à quelques dizaines de mètres parfois la coulée des laves chaotiques de dix-sept kilomètres, difficilement franchissable, émises par le Piton Chisny il y a plus de mille ans et qui se sont étalées dans le lit de la rivière Langevin pour aller jusqu'à la mer.

Dalle de basalte
Piton Rouge

<<<  Nous marchons dans les scories, au milieu des brandes, en direction du Piton Rouge (2 368 m), qui domine le bord du rempart de plus d'une cinquantaine de mètres.

Après une demi-heure de marche, le bord du rempart est atteint, à l'est du Piton Rouge ...

Piton de la Fournaise vu du Piton Rouge
Du pied du Piton Rouge, l'Enclos Fouqué, et le piton de la Fournaise : à gauche, la pointe du Nez Coupé de Ste-Rose, à droite, une ligne plus sombre dans le rempart, le Piton de Bert est juste au dessus.

Vers le sud de l'l'Enclos, du piton Rouge
Du pied du Piton Rouge, vers le sud-est : l'Enclos Fouqué, et le Piton de Bert.

>>> Vers le nord-est, en se retournant, nous pouvons encore admirer le Piton Chisny. Le sentier va désormais longer le bord de l'Enclos, la piste 4x4 à cet endroit, faisant un arc de cercle vers le Piton Hubert (2 337 m), en contrebas, à cinq cents mètres au sud du Piton Rouge. Entre les deux, en arrière, le piton Cambar (2 335 m) semble moins imposant.

Piton Chisny, vu du Piton Rouge
Psidia

<<<  Les Psidia Callocephala sont présents. 

>>> Un coup d'œil en arrière, voici le Piton Hubert, dénommé par Bory de St-Vincent en 1801, en hommage à Joseph Hubert. A droite, à un kilomètre, sur le bord du rempart qui plonge vers le Grand Pays, se dresse le piton du Rond de Langevin (2 270m). Parfois la trace du sentier disparaît dans de larges passages de lapilli jaunâtres, parsemés de pierres peintes ...

Piton Hubert
Enbranchement Tremblet - Jacques Payet

<<<  Une demi-heure après notre passage au pied du Piton Rouge, nous arrivons à une bifurcation : à droite, le sentier GR R2 continue et descend vers la côte sud, le Hameau Jacques Payet, par le Piton Lardé. Nous continuons à suivre le bord du rempart par le GR R2 variante, qui se dirige vers le Tremblet et le cratère Takamaka. La couleur du balisage change : nous suivons des traits jaune et rouge.

La suite ! Vers le Piton de Bert

Ce parcours est décrit, parmi  les "21 itinéraires du sommet du volcan à l'océan", dans le remarquable livre-guide de Jean-Luc Allègre, photographe-éditeur, 
"Le guide du piton de la Fournaise", Découverte et Randonnées. 
Cet ouvrage, paru récemment, comporte de nombreux conseils pratiques, des cartes et des photos, 
de paysages, d'arbres, de plantes et d'animaux rencontrés ...
Un livre de référence sur le volcan à commander chez JL.ALLEGRE@wanadoo.fr ou par  tél-fax  au 02 62 33 30 08.

photos a. m.
Free counter and web stats