Feuilles de thé de Grand Coude

Bienvenue à l'île de la Réunion

accueil >  sorties  >  Grand Coude, St-Joseph, le labyrinthe des Sens

Grand Coude, St-Joseph, le Labyrinthe des Sens, 
ou le Labyrinthe en-champ-thé ...

St-Joseph, Grand Coude, champ de géranium
St-Joseph - Grand Coude, champ de géranium rosat.

Vaches, sur la route de Grand Coude

Mai 2006 - Direction St-Joseph, puis Jean Petit et Grand Coude, après un arrêt au Serré, à 900 m d'altitude, aux deux points de vue, à gauche sur la rivière des Remparts, puis à droite, sur Grand Galet, la rivière Langevin et la Grande Cascade, le canal d'amenée d'eau à l'usine hydroélectrique. A cet endroit, les deux vallées ne sont séparées que par une centaine de mètres, le lit de chaque rivière n'étant éloigné l'un de l'autre que de neuf cents mètres ...

<<<  Ici, un vrai paysage normand, picard, ou limousin, avec vaches et herbe grasse ... mais vous pouvez vous pincer, vous êtes bien à la Réunion !

 >>>  A 1 100 m d'altitude, presque une demi-heure après avoir quitté les embouteillages du centre-ville de St-Joseph, voici le plateau de Grand Coude, en pente douce, large de deux kilomètres au plus, avec ses champs de canne fourragère, ses prairies, dominé par le Morne Langevin, à 2 300 m, sous la couche nuageuse élevée. Au premier plan, les restes d'une cuite de géranium ... Pas très loin, au détour d'une pâture, deux chevaux, une surface herbeuse pour le départ des deltaplanes, les locaux de l'ancienne usine à thé -qui n'aurait jamais fonctionné-, devenu salle polyvalente. Plus en haut, vers la forêt, les Pentes, le trou de Cissia et le Grand Trou ... 

Le Morne Langevin
Labyrinthe des sens- Grand Coude

<<<  Revenons à l'entrée de Grand Coude, au premier carrefour, après un grand champ de géranium, tournez à droite dans la rue Emile Mussard ... Non loin, sur la droite, un petit parking herbeux, un panneau de bois avec Le labyrinthe des Sens artistiquement écrit, entouré de longoses  et une énorme touffe de bambous, qu'une petite pancarte Accueil vous invite à traverser ... A l'intérieur, à droite, un kiosque vous souhaite la bienvenue, sous la forme d'un collage de graines de thé sur une plaque de bois.
Johnny Guichard vous accueille sous ce petit kiosque, actuellement recouvert de tôles, mais qu'il compte bien recouvrir de paille de vétiver dès que la saison de la coupe sera favorable (en décembre prochain ?). C'est un jeune agriculteur, qui a voulu innover et mettre en valeur son terrain, ne s'étant pas résolu à abandonner totalement la culture du géranium, devenue en elle-même actuellement non rentable économiquement.

Ouvert depuis juillet 2005, sous un aspect ludique, ce labyrinthe vous présente différents aspects de cultures lontan, et sans doute prochainement en voie d'oubli, si rien n'est entrepris vis à vis des jeunes générations pour maintenir la mémoire : la culture du géranium, encore présente, mais marginalisée, et celle du thé, complètement disparue.
Vous découvrez tout d'abord une parcelle de petites cultures maraîchères, choux, radis, brèdes ... entourées de bois d'allumette, si cassant, de vigne maronne, de galabert, de lianes de fruits de la passion, de bringelliers marron aux feuilles si utiles ... succédané de papier toilette (ne pas se tromper de côté), idéales pou kol poupoul dan park poul, ou pour récurer les marmites grasses.

>>> Des rangées de géranium menthe, de géranium poivre, de géranium citronnelle se succèdent, aux parfums si différents ...

Géranium menthe

Géranium rosat

<<<  Puis ce sont des rangs de géranium rosat, qui a connu ses heures de gloire dans les Hauts de St-Paul, les hauteurs du Tampon et la plaine des Cafres, la plaine des Makes, et ... à Grand Coude
Où pousse le
géranium, pousse l'acacia ... bois traditionnel pour alimenter le feu nécessaire à la cuite
Un petit pied de branle blanc, sans doute originaire des hauteurs du Morne Langevin, ou de Foc Foc, s'est égaré dans la parcelle de jeunes acacias ...

Le Chikungunya, une chance pour le géranium ?  Répulsif péi efficace, la demande aurait monté en flèche avec l'épidémie ...

  >>> La présence d'un  alambic est une occasion de se remémorer l'importance du géranium - un pelargonium introduit d'Afrique du Sud vers 1870-. On a cultivé au début deux autres variétés, géranium citronnelle, géranium blanc, mais ensuite, seul le "rosat" a été autorisé à la plantation. Les boutures, de 15 cm de long, sont coupées en biais au dessous d'un nœud et plantées dans des trous de dix centimètres de profondeur, espacés d'environ quarante centimètres. Approximativement, il y a  63 boutures par tâche (une gaulette carrée, soit environ 625 m2). Ce sont les poils, situés sous la feuille, qui contiennent la précieuse huile ... Trois coupes par an sont faites, en laissant à chaque fois une branche pour la repousse.
Les feuilles et les tiges, légèrement flétries, sont placées sur des claies dans l'alambic et tassées (en moyenne 400 kg) avec de l'eau. Le couvercle est maintenu avec des serre-joints (le joint est réalisé avec de la terre ou des résidus de cuite). Le mélange de vapeur d'eau et d'essence est condensé, puis l'essence, moins dense que l'eau, monte dans le vase florentin, bouché avec un koton mai. Une cuite peut donner jusqu'à un litre d'huile essentielle ... (bulletin d'information du CCDP - décembre 73)

Alambic à géranium
Liane chouchou

<<<  Le chouchou n'est pas l'apanage du cirque de Salazie ! Les lianes de chouchoux montent à l'assaut des théiers, des jamroses, des acacias ... Le chouchou : tout se mange,  légume, en daube, en gratin, en achards, ou préparés comme des cornichons...  bourgeons terminaux, en brèdes,  lo patat, lo grin, toute i manz, et avec la liane, on fait des chapeaux, en paille d'Italie !

Régulièrement, des troncs coupés vous invitent à la pause, si nécessaire ...

>>>  Vous découvrez ensuite une parcelle de théiers, et Monsieur Guichard vous explique la cueillette des bourgeons terminaux, destinés à la préparation du thé blanc, juste séchés, sans fermentation. Quand on s'étonne de la hauteur des théiers (il faut lever les bras pour atteindre les bourgeons), il précise, en riant, que les théiers sont taillés à sa propre hauteur !

Le thé fut introduit à la Réunion en 1965 dans le cadre de la diversification des cultures. Surtout présent à la Plaine des Palmistes, de 29 tonnes en 1967, la production passe à 40 tonnes en 1969, pour s'arrêter brutalement quelques années ensuite vers fin 1971 ...  
Coûts de production, commercialisation, ... Il était pourtant fameux, ce thé, dans sa petite boîte parallélépipédique, aux allures de boîte à biscuits apéro ...

Champ de théiers
Fleur de théier

<<<  Depuis un mois, et jusqu'au mois de juillet, les théiers sont en fleurs. C'est une période idéale pour la visite ! 
La fleur étant auto-stérile, les semences sont obtenues par hybridation. Les plantations étaient très hétérogènes, la pollinisation s'effectuant au hasard. (bulletin d'information du CDDP - mars 1977)

>>> Après cette parcelle régénérée, vous arrivez dans une parcelle datant des années 1970 et laissée en l'état depuis cette date ... Vous pénétrez alors dans une véritable forêt, le sol du sentier est parfois parsemé de fleurs de thé, aux branches s'accrochent des fruits (voir photo plus bas) ... Plusieurs voies s'offrent à vous, certaines sont en impasse, mais alors un panneau vous invite à reprendre un autre chemin. Vous rencontrerez certainement quelques mahots, un change écorce, un bois de gaulette ... Johnny Guichard n'est pas avare d'explications, d'anecdotes. Il a su exploiter habilement les mouvements de ce terrain de trois hectares où vous montez, descendez  sans vous en rendre compte, pris au jeu du labyrinthe et de la découverte des panneaux explicatifs successifs ...

Fruits du théier
Forêt de théiers

<<< Les troncs des théiers s'entrelacent et leur diamètre est devenu surprenant ...  Un zoiseau la vierge, aux plumes marron, vraiment pas farouche, peut se poser près de vous ...  Le sentier zigzague, traverse une petite ravine aux pierres moussues et glissantes (la ravine Galand ?) ... Vous allez apprendre à distinguer les fougères arborescentes, fanjans mâles et femelles, et fougères australiennes importées, en vous perdant dans des culs-de-sac, en vous glissant entre les hauts troncs filiformes, hauts de plusieurs mètres ! Johnny Guichard est toujours derrière vous et semble s'amuser à vous voir rechercher la sortie, mais le promeneur que je suis voudrait volontairement se perdre à chaque embranchement pour pouvoir découvrir tous les recoins et ne rien perdre des végétaux du moindre petit layon ...  Mais inutile d'amener vos cailloux, tel un Petit Poucet, vous ne pourrez pas vous perdre, en l'air, en l'air dans la forêt de Grand Coude, ni même dans la ravine Ti bon dieu, toute proche, à l'est ! Les buissons de vigne maronne tout autour de la parcelle, sont des haies infranchissables, qui vous remettront dans le droit chemin vers la sortie ...

 >>> Attention à ne pas piétiner cette multitude de petits plants de thé, poussés spontanément, à l'ombre de leurs aînés, à proximité d'une nouvelle énorme touffe de bambous, près de laquelle était construite une case.

Semis naturel de théiers
Flacons de diverses variétés de géranium

Retour vers le petit kiosque, où Madame a préparé un thé blanc fumant, nature, sucré ou au miel (Monsieur l'a d'ailleurs appelé sur le portable quelques minutes avant pour qu'il ait eu le temps d'infuser, cinq à sept minutes ...)

<<<  Sur une table, un présentoir original : une branche de vieux théier, creusée pour recevoir des flacons d'essence de géranium, géranium-citronnelle, cryptomeria ...

>>> Des sachets de thé blanc de Grand Coude vous sont proposés, thé blanc à la cannelle, thé blanc à la citronnelle ...

Sachets de thé de Grand Coude
Graines de thé

<<< Sélection de graines de thé ... très dures, elles se prêtent à la décoration, colliers, panneaux pour les portes (à la place des grains de filaos !)

A voir également : le sentier botanique, qui suit le bord du rempart de la rivière des Remparts, depuis le Serré, jusqu'au Trou de Cissia, en attendant une éventuelle officialisation par l'ONF du sentier Grand Coude - Morne Langevin ...

Découvrir Grand Coude 
depuis le Morne Langevin

Le labyrinthe des Sens - Le labyrinthe en-champ-thé
Jouez à vous perdre dans une forêt de thé
Rue Emile Mussard
Grand Coude
97480 Saint-Joseph
Visite libre ou guidée - Dégustation de thé pays - Jeux à thème et découverte de contes créoles
La semaine sur réservation, le dimanche et jours fériés de 9h à 17h
Visites à partir de 4 euros  (octobre 2008)
Téléphone GSM  06 92 60 18 88  
lelabyrintheenchampthe@orange.fr
 


site web :  http://www.enchampthe.com/ 

5 octobre 2006 : Le labyrinthe des Sens est devenu récemment "le labyrinthe en-champ-thé", nom plus évocateur.
 On reconnaît bien là l'esprit pétillant et malicieux de Johny Guichard et Emmanuelle Francomme !

photos a. m.

 
Free counter and web stats