Bienvenue à l'île de la Réunion

accueil >  sorties  >  Descente aux anciens thermes d'Hell-Bourg

Descente aux anciens thermes d'Hell-Bourg

>>>  A pied, vous allez tout au bout de la rue du Général de Gaulle (la rue principale), à votre droite l'ancienne pharmacie de l'hôpital militaire, réhabilité en bibliothèque. Vous continuez en descendant à gauche pour arriver à un pont sur le bras d'Amales.

Ancienne pharmacie de l'hôpital militaire

Bras d'Amales
   Vous traversez la pont sur le bras d'Amales en admirant en amont la touffe de bambous enserrée par les lianes de chouchoux qui envahissent les rives ...

 >>> Vers l'aval, vous découvrez la silhouette de l'ancien hôpital militaire, construit vers 1860 pour accueillir les soldats revenant de Madagascar. Il sera cédé à la colonie en 1919 et deviendra l'Hôtel des Salazes. Du 27 au 30 novembre 1942, le gouverneur Pierre Auber, fidèle à Vichy, s'y réfugiera, avant de se rendre aux forces françaises libres d'André Capagorry. Rénové en 1960, l'hôtel, propriété du Conseil Général, reste fermé depuis 1984, affublé d'une palissade de chantier en devanture ...

Hôtel des Salazes
Chantier emplois-verts

<<<  Vous passez maintenant entre deux colonnes, (qui ont peut-être soutenu des grilles dans le passé ?), et vous découvrez un panneau signalant le rôle des emplois-verts du Conseil régional

  >>> Des fascines en bois de goyavier sont en préparation, d'autres bordent déjà le sentier, retenant des massifs de fleurs.

Fascines de goyavier

Piton d'Anchaing

<<<  Quelques trouées dans la végétation laissent découvrir le piton d'Anchaing (Enchaing, sur la carte de l'IGN), et son plateau, culminant à 1350 m, où le célèbre marron a vécu avec sa famille.

  >>>  Des marches accélèrent la descente vers le fond du bras Sec ...

Escalier
Anciens thermes d'Hell-Bourg

<<<  Vous arriverez ainsi en moins de quinze minutes aux ruines des anciens thermes, croisant les restes d'un panneau certainement très instructif ...

Découvertes officiellement vers 1831 par Adrien Pignolet de Fresnes et Adam de Villiers, les eaux thermales jaillissaient par des fissures de la roche, sur la rive droite du bras Sec au lieu dit Bé Maho (Hell-Bourg). En 1852, une société anonyme, Établissement thermal de Salazie, aménage le site, avec établissement de bains et casino. Charles Leal, journaliste mauricien, en visite à Hell-Bourg en 1877, raconte qu'il avait été pris pour un médecin thermal, bien malgré lui,  par une curiste. 

Vieux batiments

Douches ?

Louis Héry signale qu'en décembre 1856 et janvier 1857, on constate que les sources se troublent facilement lors des grosses pluies ... En 1879, une crue emporte les constructions. Le site ne sera remis en état qu'en 1904, par la colonie, qui en prend la propriété. Mais le faible volume de l'eau disponible, sa turbidité rapide lors des pluies, ses variations rapides de température, et les éboulis causés par les différents cyclones font que la fréquentation des sources d'Hell-Bourg n'atteint pas celle du cirque de Cilaos ... Les pluies lors du cyclone de 1948 entraînent un éboulement qui bouche les sources, et un dynamitage intempestif sonnera le glas des thermes ... définitivement ?

Bois de chapelet
Carrelages

<<<  Le carrelage a certes vieilli, mais laisse imaginer la vocation de ce lieu ...

Un travail de mise en valeur des vieux murs a été effectué, ainsi qu'un fleurissement, mettant en valeur le site. 

>>>   La passerelle jetée au-dessus du bras Sec, penche dangereusement, et une barre soudée en bouche l'accès ...

Passerelle sur le bras Sec
Après cyclone

<<<  La marque de la pliure de la poutrelle supportant le tablier semble suggérer le passage en force d'un élément naturel transporté par l'eau, ayant atteint un niveau de près de quatre mètres au-dessus du lit actuel ...

>>> Sur la rive gauche, une touffe de bambous ...

Le nom d'Hell-Bourg avait d'abord été donné au village du Petit Sable (actuellement Salazie) en novembre 1841, mais en mars 1842, c'est le village des Sources qui prendra le nom d'Hell-Bourg, en mars 1842, en hommage au gouverneur de Hell, qui exerça ses fonctions de 1838 à 1841 et qui favorisera le développement du thermalisme.

Bambous

Lit du bras Sec
Bras Sec, vers l'aval. 
Le sentier continue en rive gauche et remonte ....

>>>  Le retour sur vos pas vers Hell-Bourg  est obligatoire si vous y avez laissé votre véhicule. Vous pourrez ensuite prendre la route de l'îlet à Vidot, passer le pont sur le bras Sec et vous arrêtez près de la grosse roche en bordure de route, juste avant ces panneaux, dont l'inclinaison naturelle indique bien qu'il faut descendre dan l'fon, dan l'fon pour y arriver ...

Oui, c'est bien dans le fond !
Liane de chouchou

<<<  Vous arriverez tout d'abord à une plate-forme, puis le sentier s'enfoncera à gauche, une haute liane chouchou s'enroule autour d'un tronc ...

>>>  ... et très rapidement vous retrouverez le lit du bras Sec, cette fois-ci sur la rive gauche, avec de l'autre côté, en rive droite, les ruines ...

Sources diverses, dont L'Album de l'île de la Réunion d'Antoine Roussin (Orphie Éditions), Le guide illustré de l'île de la Réunion de Gabriel Gérard, Le patrimoine des communes de la Réunion (Flohic Éditions)

Découvrir les thermes de Cilaos

Passage à gué
photos a. m.

 
Free counter and web stats