Bienvenue à l'île de la Réunion

accueil >  sorties  >  Eruption de noël !
le dossier : les éruptions du Piton de la Fournaise  

26 décembre 2006, éruption de noël, enfin presque !
Une soirée au Nez Coupé de Ste-Rose

 Notre bon vieux piton de la Fournaise fait bien les choses ... Même s'il tenait en haleine depuis plusieurs jours les scientifiques de l'Observatoire et les amoureux du volcan, Il n'a pas voulu gâcher leur réveillon, en les obligeant à crapahuter le jour de noël, il aura aimablement attendu le lendemain, de quoi brûler les calories ... à moins qu'il ne faille considérer cette éruption comme kado ...
Encore que foie gras sur toasts et dinde, rôtis sur les gratons, cela doit être sympathique entre copains ... 

Piton des Neiges et Plaine des Cafres, du Nez de Boeuf

26 décembre 2005, 17h15 :  après une sismicité accrue depuis plus de trois heures, le magma sort, quelque part à l'est du cratère Magne, au sud du Nez Coupé de Ste-Rose ... C'est la quatrième éruption de l'année.

<<<  Vers 18h30, au Nez de Bœuf : magie du soir, alors que St-Pierre est très nuageux et que quelques gouttes de pluie tombent sur le Tampon, la Plaine des Cafres est largement dégagée, laissant apercevoir le Grand Bénare (2 898 m, au fond à gauche) et le piton des Neiges (3 071m, au centre).

 >>> Des rampes du Pas des Sables : l'ombre progresse rapidement dans la plaine des Sables, et va déjà lécher le pied du piton Chisny (2 437 m, à droite). Au fond, le piton de la Fournaise (2 632 m), encore illuminé !
Je laisse une Land Rover de la Gendarmerie me doubler dans la descente de la plaine des Sables

Panoramas du volcan

Plaine des Sables, Chisny et piton de la Fournaise
Hélicoptère de la Gendarmerie au Pas de Bellecombe

<<<  Sur le parking du Pas de Bellecombe, ce n'est pas la foule, et quatre autos sont garées. Je  me dirige vers la rambarde du belvédère, où deux personnes admirent le paysage au soleil couchant. J'aperçois déjà des lueurs rougeoyantes au ras de l'Enclos, dans le prolongement du pied du Piton de Partage ...
19h15 - L'hélicoptère de la Gendarmerie, venant du site de l'éruption, va survoler le long du cratère Dolomieu et venir se poser sur le belvédère, non loin de la Land Rover. Un gendarme me salue et me voyant approcher sac au dos, me signale que l'Enclos est fermé. Je le rassure aussitôt : je compte simplement aller au Nez Coupé de Ste-Rose et je suis équipé ...

  >>>  Je me dirige vers le Pas de Bellecombe (2 350 m), dont le baro est toujours grand ouvert ... mais pas d'amateur de descente ...
Je me dirige vers le piton de Partage (2 361 m), suivant d'abord la ligne de crête pour rattraper la piste 4x4. 
Il est 19h40 : la coulée est bien visible, avec quelques fontaines de lave. Elle semble avoir la forme d'un Y renversé, la coulée se divisant en deux. J'entends distinctement les explosions et le souffle de la bête ... La nuit est tombée, je dois maintenant allumer ma lampe frontale.

Coulée vue du Piton de Partage
Coulée vue du Piton de Partage

<<<  Je quitte rapidement le piton de Partage pour poursuivre le sentier vers le Nez Coupé de Ste-Rose.  C'est une succession de montées et de descentes de marches, en suivant la crête du rempart, mais bien souvent, il n'y a pas de vision continue de l'Enclos, même si le sentier s'en approche parfois, et de très près ! Je ne vais rencontrer personne, mais mon approche va déclencher parfois des mouvements dans les fourrés, oiseaux, rats ? Je vais également déchirer involontairement plusieurs toiles d'araignées ... Ma lampe frontale attire une multitude de papillons qui vont virevolter autour de moi. 

Vers 20 h, je m'aperçois soudain que tout est devenu silencieux, la respiration du volcan s'est arrêtée, et une percée dans la végétation me permet de constater que la coulée n'est plus qu'une simple guirlande dont les ampoules vont claquer au fur et à mesure ...

  >>>   La silhouette caractéristique en triangle du Nez Coupé se détache sous la voûte étoilée, une proue de navire, indique Luc Reynaud dans son ouvrage 52 balades et randonnées faciles à la Réunion.

A 20h 45, je monte au sommet du Nez Coupé de Ste-Rose (2 075 m), et le spectacle est presque terminé ...
De ce balcon, je suis aux premières loges. J'examine plus attentivement la coulée : le point d'émission semblerait se situer sur l'axe Nez Coupé / bord est du Dolomieu (à proximité  du cratère Faujas à un peu plus de 2 000 m d'altitude, là où la pente du piton de la Fournaise s'accentue, indiquera Alain Gérente sur RFO radio).

Après 20 h, extinction des feux ...
Dîner de gala au Nez Coupé de Ste-Rose

<<<  J'en profite pour me restaurer, sur l'herbe verte et tendre, d'une salade de blé au thon et pour boire (de l'eau) ... Il fait 10° au thermomètre, la nuit est claire, et derrière moi, à l'opposé du piton de la Fournaise, la côte Nord -Est est illuminée d'un long ruban orangé. Vers l'Enclos et la mer, deux mille mètres plus bas, quelques phares d'automobiles signalent la présence de la route nationale 2. 

>>>  Dommage qu'il fasse nuit, car la visibilité est encore bonne dans l'Enclos, mais la table d'orientation émaillée n'est plus à jour des dernières éruptions ... 

Table d'orientation au Nez Coupé de Ste-Rose
Premier plan de brandes sur fond d'éruption

<<<  Les bouquets de branles blancs, au bord du rempart, apparaissent fantasmagoriques sous la lumière blanche, tandis que seuls quelques points rouges percent l'obscurité.
Vers 21h15, je reprends le chemin du retour.
Au pied du Nez Coupé, l'imprimé signalant la fermeture du sentier de la Cage aux Lions a pris de l'humidité et n'est presque plus lisible ...

>>>  Je passe de nouveau sous les frondaisons de branles, en dôme, couronnés d'un vert tendre.

Allée de brandes
Sentier du Nez Coupé de Ste-Rose

<<<  Fleurs jaunes, velours blanc, sont également rencontrés. Les branles blancs sont particulièrement intéressants, de nuit, car ils font un balisage idéal, comme phosphorescent ...  Je monte et descends une succession de marches, le sentier est parfois largement raviné en son milieu.

>>>  Je fais une pause au balcon du piton de Partage, dont le grillage solidement haubané offre un belvédère d'observation idéal, et vu d'ici, tout est calme. 
Une petite brume se lève et des passages cotonneux font leur apparition. Une petite brise cingle soudainement, mais le polaire remplit son rôle protecteur ...

Belvédère du Piton de Partage

>>> Un clin d'œil aux panneaux solaires qui alimentent les antennes.

Piton de Partage : panneaux solaires
Herbe verte et tamarins des hauts

<<<  J'entame la dernière étape, d'abord par la piste 4x4, où je retrouve la pierraille qui roule sous les chaussures. Je vais croiser un groupe de trois personnes, qui pensent aller jusqu'au Piton de Partage. Je fais attention à ne pas rater le départ du sentier, à gauche, pour ne pas continuer la piste vers le gîte. L'herbe et les tamarins annoncent la proximité du Pas de Bellecombe.

>>> Il est un peu plus de 23 heures, j'aperçois des lueurs de lampe qui viennent du parking, plusieurs petits groupes viennent aux nouvelles ... Le baro est désormais taqué, mais personne ne songe à descendre !
Aucune lueur n'est visible du Pas de Bellecombe, toujours la nuit noire, et l'intérieur de l'Enclos semble même se recouvrir de brume.  
Pourtant une nouvelle éruption viendrait de démarrer, dans la plaine des Osmondes*, vers le cratère Haug !

*Plaine des (fausses) Osmondes, une appellation inexacte de Bory de Saint-Vincent, qui les a confondues avec des Blechnum Tabulare, fougères sub-arborescentes.

Le baro est taqué ...
Il fait 10° ...

<<< Au parking, les autos sont ruisselantes de rosée. Il fait toujours 10° ... C'est l'été !

>>> Peu de monde sur la route pour redescendre vers St-Pierre, et au carrefour de la ligne des Six-cents, j'admire le pied de chandelle, illuminé pour moi tout seul ...

Un vieux pied de chandelle, à l'Entre-Deux ...
Un autre, chemin Grand-Père ...
D'autres, chemin Ringuin, en bornage ...

Une sortie au Nez Coupé de Ste-Rose, en janvier 2005 

Mardi 27 - L'accès au sentier du Nez Coupé est réglementé : limité et uniquement de jour de 6h à 17h ...

Tampon : le pied de chandelle illuminé

A lire :
Le guide du Piton de la Fournaise (Jean-Luc Allègre)  pages 92-93  - Le rempart de Bois Blanc, par le sentier de la Cage aux Lions (actuellement fermé en raison des éboulements du rempart)
Les plus belles balades à la Réunion (UFOLEP - Les créations du Pélican)  pages 126 - 127   -->   8 km aller-retour, 4 heures

Sortie volcan précédente                                                         Sortie volcan suivante

photos a. m.
Free counter and web stats